La gravure est un procédé de décor du verre à froid

par enlèvement de la matière.

 

Il existe plusieurs modes de gravure

 

gravure directe: à la roue et à la pointe

 

ou

 

indirecte: à l'acide ou au jet de sable.

 

..................................


 

Gravure à la pointe de diamant

(celle que j'utilise)

 

 

Description de la technique

la gravure directe se pratique soit à l’aide d’une pointe de diamant, technique la plus ancienne, soit à la fraise électrique, technique qui l’ a remplacée de nos jours, soit encore à la roue . La pointe de diamant se présente comme un stylet de métal à l’extrémité duquel est fixé un éclat de diamant et sa mise en oeuvre ressemble à une technique de gravure à la pointe sèche sur métal.

Historique de la technique

Ce procédé s’est développé au XVI siècle, bien que les qualités du diamant soient connues des Grecs, et a donné naissance à quantité de chefs d’oeuvre dans la verrerie de Hollande ou de Bohême. La gravure avec des points, qui s’est développée au XVIII° est, elle, exclusivement hollandaise. La fraise électrique se présente comme une fraise de dentiste, soit une roulette montée sur un flexible agissant par une rotation rapide . Elle a fait son apparition à la fin du XIX° siècle aux Etats-Unis . La gravure est opérée avec des traits parallèles permettant d’obtenir différentes nuances de blanc ou avec des pointillés donnant un rendu plus délicat

..................................

Gravure à la roue

 

 

Description de la technique

La gravure à la roue se pratique à l’aide de petites molettes de cuivre, de plomb, de carborundum, de pierre ou de liège, de divers format, montées sur un tour, électrique de nos jours. Le verre est entaillé par l’action de la roue, associée à l’emploi d’une poudre abrasive (ponce ou carborundum), et régulièrement humectée avec de l’eau ou parfois de l’huile

 

Historique de la technique

La gravure du verre à la roue est une technique très ancienne, inspirée du travail des graveurs de pierres fines, déjà dominée par les verriers de l’Antiquité et qui a donné naissance à des chefs d’oeuvre comme le célèbre vase de Portland ou les fameux vases diatrèdes, au décor virtuose, en forme de résille ajourée.Plus tard en Europe au XVII siècle, sous l’impulsion de Gaspard Lehmann au service de l’empereur Rodolphe II, les verriers de Bohême ont porté cet art à des sommets d’expressivité et de picturalité. La gravure permet également des effets de surface systématisés, comme le procédé nommé “battuto” par les Vénitiens et “martelé” par les Frères Daum à l’époque de l’Art Nouveau. Ce procédé consiste à enlever des petites lentilles de verre et suggère une parenté esthétique avec le travail du métal.Ce type de gravure a été remis à la mode par le verrier vénitien Carlo Scarpa dans les années Quarante.

..................................

Gravure à l'acide

 

 

 

 

Description de la technique

La gravure à l’acide consiste à étaler sur le verre de l'acide fluorhydrique. Le décor est créé par la morsure de l’acide tandis que les parties dites “en réserve”, préalablement enduites au pinceau avec un vernis protecteur au bitume ou protégé d'un pochoir spécifique, échappent à la corrosion et demeurent transparentes.

Historique de la technique

Cette technique, entrevue à la fin du XVII° siècle, ne sera développée qu’au siècle suivant avec la découverte et l’extension de l’usage de l’acide fluorhydrique. Cet acide peut être utilisé à échelle industrielle à partir de 1855, grâce au chimiste L.Kessler qui réussit à le fabriquer de manière économique et inoffensive.Le bain d’acide, plus ou moins concentré, mélangé à de l’eau ou à d’autres acides, de même que le temps d’immersion, produisent des effets de gravure différents, mat, satiné ou givré.

 

 

..................................

 

Gravure par sablage

 

 

 

 

Description de la technique

La gravure au jet de sable consiste à projeter du sable à la buse sous pression d’air comprimé afin d’attaquer plus ou moins profondément le verre. Le décor est dépoli par cette projection tandis que les parties à épargner sont protégées par un pochoir.

Historique de la technique

Ce procédé a été inventé par Tilghman aux Etats-Unis en 1870 et nécessite un compresseur et une sableuse. A l’heure actuelle on n’utilise plus de sable mais plutôt du corindon, et des films adhésifs spéciaux pour les parties en réserve ont remplacé les procédés traditionnels à base de colle de peau. Le format des pièces nécessite une cabine étanche plus ou moins grande où il faut parfois pénétrer muni d’un scaphandre

..................................

Photo de l'ancêtre du graveur électrique


           GRAV’R REÇOIT A SON ATELIER SUR RENDEZ-VOUS   

                          PENSEZ DES MAINTENANT 

                        AUX FETES DE FIN D'ANNEES

TECHNIQUES
                     GRAVURE SUR VERRE ARTISANALE DANS L'OISE (60) - FAIT MAIN A LA POINTE DIAMANTEE